Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Démocratie directe en Bosnie

Publié le par Kayou

Démocratie directe en Bosnie

On dirait bien que des Gens divers ont décidé de prendre les choses en main du côté de la Bosnie...

Doucement, ça crée, ça construit, ça reprend tout du début un peu partout dans le monde... 
Doucement, change le monde
Même si ça nous paraît brutal, violent la plupart du temps,
Ces changements, 

Sont le fruit d'un long, très long bouleversement
Discret peut-être au début,
Mais qui aujourd'hui nous fait signe de partout...
Comment peut-on encore fermer les yeux ?

kayou

 

"Alors qu'une forte lutte en Bosnie a lieu contre l'austérité, les habitants reprennent en main leur quotidien...

Après avoir poussé leurs dirigeants locaux vers la sortie, plusieurs villes de Bosnie expérimentent depuis plus d’une semaine une nouvelle forme d’organisation citoyenne, le « plénum ».
Manifestants antigouvernementaux,
le 9 février à Sarajevo. Antonio Bronic/Reuters
Difficile de comprendre de prime abord ce qu'est un « plénum », l'une des expressions les plus caractéristiques du mouvement de protestation bosnien. Le terme a des consonances antiques, mais évoque surtout les réunions plénières du Parti dans les ex-pays communistes et socialistes. En Bosnie, c’est à Tuzla que les premières assemblées citoyennes plénières ont été organisées, trois jours après les émeutes qui constituèrent le point de départ du mouvement de contestation, le 5 février. S’inspirant des mouvements étudiants qui agitèrent la faculté de philosophie de Zagreb en 2009, ces assemblées ouvertes à tous ont pour but de transcrire un ensemble diffus de revendications en actions concrètes.
A Sarajevo, vendredi 14 février, près de 900 personnes se sont ainsi réunies à quelques mètres du siège de la présidence bosnienne, devant lequel les manifestants se rassemblent quotidiennement. Les organisateurs ont affiché leur satisfaction devant le déroulement sans anicroche de cet exercice grandeur nature de démocratie directe : « Je suis très fière, a déclaré Valentina Pellizzer, membre du comité d’organisation. Les citoyens ont prouvé qu’ils peuvent se réunir sans violence ». Deux jours plus tôt, dans une salle plus petite de l’université de Sarajevo, un premier plénum s’était tenu de manière assez chaotique, obligeant la plupart des citoyens à écouter les interventions sous la pluie.
Cette fois, le canton de Sarajevo avait mis à disposition, vendredi, l’amphithéâtre du centre culturel et sportif de Skenderija, un complexe qui autrefois accueillait des compétitions olympiques. Le dispositif de sécurité, privé, a été renforcé par un détecteur de métaux et une fouille au corps à l’entrée. « Les méchants hooligans, c’est nous ! » a plaisanté Sanja Dervisevic, étudiante en médecine de 31 ans. Assurer la sécurité est effectivement le principal enjeu du comité d’organisation, qui cherche à contrecarrer l’image de casseurs qu’il reproche aux médias de véhiculer.
Sit-in devant un batiment public, le 8 février à Sarajevo. Antonio Bronic/Reuters
Espace de parole, le plénum se déroule selon des consignes très strictes. Deux minutes par intervention, un vote à main levée pour chaque décision, pas de leaders mais des modérateurs. « Il s’agit d’un mouvement sans représentant, explique Valentina Pellizzer, qui tient à être citée comme citoyenne, et non comme porte-parole. C’est ce qui choque le plus les politiciens, qui n’ont personne à qui s’adresser. »" ...

Adrien Barbier (à Sarajevo – Monde Académie)

La suite : http://al-montpellier.over-blog.com/2014/03/lutte-anti-aust%C3%A9rit%C3%A9-et-d%C3%A9mocratie-directe-en-bosnie.html#

Commenter cet article